Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez
Aller en bas
Admin
Messages : 295
Points : 499
Réputation : 1
Date d'inscription : 13/09/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://climat-presquile.forumactif.com

Greenpeace épingle les 4413 fermes industrielles françaises

le Lun 26 Nov - 23:21
Se fondant sur la base de données du ministère de l’Ecologie, l’association Greenpeace publie ce lundi une carte de France inédite de ces 4413 fermes-usines,. Autant de sites qui ont un impact non négligeable sur l’environnement et que l’ONG souhaiterait voir disparaître.

Ces élevages ne sont en rien comparables aux petites fermes gérées à taille humaine par des paysans. Elles sont d’ailleurs répertoriées comme des installations classées, en raison des risques qu’elles présentent pour l’environnement. L’ONG a recensé des sites comptant plus de 1000 vaches, 15 000 porcs ou 185 000 poules pondeuses !



Pollution de l’eau, de l’air et des sols


« Le Grand Ouest, et en particulier la Bretagne, est de loin le plus concerné par ces méga fermes »
, souligne Greenpeace qui s’inquiète des risques sanitaires et environnementaux de ces mastodontes. « Outre les conséquences désastreuses de ces fermes-usines sur la pollution de l’eau aux nitrates - qui s’est traduite par la multiplication des algues vertes en Bretagne -, certaines émettent de l’ammoniac dans l’air, à l’origine de pathologies au sein de la population locale », dénonce Suzanne Dalle, chargée des dossiers agriculture au sein de l’association.

Greenpeace cite notamment l’exemple d’un poulailler géant à l’origine de maladies dans un village du Tarn. Il y a aussi cette ferme-usine de cochons dans le Finistère qui produit 26 000 porcs par an : « En plus des odeurs et du bruit, le site produit 60 t de lisier par jour, détaille l’ONG. En avril 2018, 100 000 t de lisier s’étaient déversés par accident dans la rivière du coin, entraînant une mortalité très importante de poissons et polluant le ruisseau sur une distance de douze kilomètres. »

48 millions d’euros d’aides publiques


Il y a enfin ce projet de porcherie industrielle dans le sud-ouest qui alimente la filière du jambon de Bayonne et ambitionne de s’agrandir pour atteindre une capacité de 37 000 bêtes par an, au grand dam des petits élevages familiaux béarnais. « Trop, c’est trop, tonne Suzanne Dalle. Ce modèle d’agriculture n’est pas bon pour l’environnement, pas bon pour notre santé, pas bon non plus pour le climat puisque l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre, soit autant que le secteur des transports. »

A l’appui de cette carte qui recense des fermes-usines dans pas moins de 2340 communes françaises, Greenpeace exige que tous les projets de création ou d’extension de ces exploitations géantes soient gelés. Elle souhaiterait aussi que la politique agricole commune (PAC) européenne ne finance plus ce modèle industriel. D’après l’ONG, ces fermes-usines ont en effet bénéficié de pas moins de 48 M€ de subventions publiques de l’Etat ou en provenance de la PAC.

Source : http://www.leparisien.fr/societe/greenpeace-epingle-les-4413-fermes-industrielles-francaises-25-11-2018-7953432.php#xtor=AD-1481423552
Admin
Messages : 295
Points : 499
Réputation : 1
Date d'inscription : 13/09/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://climat-presquile.forumactif.com

Vidéo témoignage du futur

le Mar 27 Nov - 10:17
Papa papa c'était comment le monde ?



"Tu me dis qe vous aviez la solution mais que tu n'as rien fait ...?"
Admin
Messages : 295
Points : 499
Réputation : 1
Date d'inscription : 13/09/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://climat-presquile.forumactif.com

Concept d'Agroforesterie

le Mar 27 Nov - 10:28
Planter des arbres dans les champs, une solution contre la pollution ?
C'est le concept de agroforesterie...

https://www.facebook.com/NouvoFR/videos/10155150066367654/
Messages : 67
Points : 101
Réputation : 2
Date d'inscription : 11/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Greenpeace épingle les 4413 fermes industrielles françaises

le Mer 28 Nov - 20:20
25 MILLIONS DE COCHONS ENFERMÉS EN FRANCE.
Voici la face cachée des élevages de porcs en France.

https://www.facebook.com/vegalsace/videos/284815505704857/


Dernière édition par Mila le Jeu 29 Nov - 10:28, édité 1 fois
Messages : 67
Points : 101
Réputation : 2
Date d'inscription : 11/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Greenpeace épingle les 4413 fermes industrielles françaises

le Jeu 29 Nov - 10:28
Découvrez l'enfer des usines à cochons.
En France, 95% des porcs sont enfermés toute leur vie.
Hugo Clément a suivi des militants qui s'infiltrent dans les élevages industriels

https://www.facebook.com/konbinifr/videos/1939104009726989/
Admin
Messages : 295
Points : 499
Réputation : 1
Date d'inscription : 13/09/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://climat-presquile.forumactif.com

Re: Greenpeace épingle les 4413 fermes industrielles françaises

le Jeu 29 Nov - 11:47
Un OGM interdit identifié dans des aliments réservés aux animaux d'élevage

Une quantité assez faible d’additifs peut contaminer un très grand nombre d’aliments. Avec huit tonnes de vitamines, on va faire quelques centaines de tonnes de prémélanges qui vont être incorporés dans des centaines de milliers de tonnes d’aliments qui seront consommés par des centaines de milliers, si ce n’est des millions d’animaux", explique un membre de la sécurité alimentaire au Monde.

https://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/36840/ogm-interdit-identifie-dans-aliments-reserves-animaux-delevage?fbclid=IwAR0-tXG6dI5eR5FmUS8HE-HwJICxkVaw5-dAmarYoDA52CIlo1k0yFQM9jg
Admin
Messages : 295
Points : 499
Réputation : 1
Date d'inscription : 13/09/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://climat-presquile.forumactif.com

Re: Greenpeace épingle les 4413 fermes industrielles françaises

le Mar 4 Déc - 13:50
Totalement déconnectée de la nature, l’agriculture conventionnelle utilise des engrais de synthèse et d’énormes tracteurs qui finissent par détruire les sols.



Pourtant, l’agriculture intensive, qui se fait désormais appeler « agriculture conventionnelle » afin d’évoquer une « normalité » dont il serait malvenu de dévier, tend à nous faire croire que sans le recours à l’industrie et la technologie, ces plantes qui nous nourrissent ne pourraient pas croître. Il est vrai que cette culture, qui recouvre la majorité des surfaces agricoles en France, a permis d’atteindre des rendements maximum sur les surfaces cultivées, à ses débuts. L’urgence, après la Seconde Guerre mondiale, était d’éviter les famines et le succès fut au rendez-vous, impossible de le nier.

PSEUDO-PROGRÈS


Aujourd’hui, cependant, ce modèle ne respecte plus ses promesses : déverser inconsidérément des molécules de synthèse dans nos sols les a pollués, et tout l’environnement en souffre. Avec des impacts sur la santé humaine : maladies, cancers, malformations… Car pour fabriquer les engrais de synthèse utilisés en agriculture conventionnelle, on emploie du pétrole, pas vraiment comestible…

L’augmentation tant glorifiée du rendement agricole ne prend que trop peu en compte les contreparties énergétiques. Dès 1990, une étude a mesuré les quantités d’énergie consommées pour produire du maïs aux États-Unis entre 1945 et 1985 (1). La mécanisation, l’utilisation de machines sur des superficies bien plus grandes, l’apport d’engrais ont certes permis de maximiser les rendements des récoltes : la production de maïs a pu être multipliée par trois. Mais l’énergie dépensée (carburant, électricité, fabrication d’engrais…) a été multipliée par quatre. L’agriculture pétrochimique intensive a donc en réalité conduit à une baisse de l’efficacité énergétique.

CERCLE VICIEUX

Mais ce n’est pas tout. L’utilisation de fongicides, d’insecticides, d’herbicides toujours plus agressifs ainsi que les travaux des champs à l’aide d’engins toujours plus gros et plus lourds ont contribué à déstructurer et à appauvrir les terrains agricoles. Les sols ont en effet besoin des bactéries, des champignons et de la microfaune, autant de micro-éléments qui participent à la circulation de l’eau, à l’enracinement des végétaux, au stockage du carbone atmosphérique.

À l’heure actuelle, pour obtenir une certaine productivité des champs, il est nécessaire d’employer des engrais haute dose, ce qui aggrave encore le problème. Érosion des sols, pollution des nappes phréatiques, destruction de la faune et de la flore locale… C’est donc un fait : notre façon de faire pousser des végétaux nuit aux sols. Nous sommes en train de désintégrer la vie sous nos pieds et donc le socle sur lequel nous nous tenons debout. Comment envisager une quelconque pérennité d’un modèle qui sape sa propre base ?

La journée mondiale des sols a lieu le 5 décembre. Cette année le thème s’intitule : « Pollution des sols: soyez la solution ». Alors, que faut-il faire, concrètement ? Privilégier des modes de culture qui remplissent les récentes recommandations de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), et principalement qui évitent le travail du sol et l’emploi de pétrochimie.

L’agroécologie et la permaculture répondent à ces volontés, en proposant des cultures qui réduisent le labour, l’apport d’engrais et le déplacement de matière organique. Et en veillant à la diversité des variétés cultivées, concomitamment ou en rotation. Certaines plantes en effet peuvent enrichir le sol avant la culture d’autres plantes, rendant les apports d’engrais synthétiques inutiles. Par exemple, de nombreuses légumineuses captent bien l’azote atmosphérique grâce à des structures particulières sur leurs racines. Après leur récolte, il est ainsi plus aisé de faire pousser certaines variétés de céréales, grandes demandeuses d’azote.

Les sols pourront se remettre de l’agriculture pétrochimique intensive, si on les laisse se développer tout seuls : certaines plantes capteront les polluants, certains micro-organismes parviendront à neutraliser les pollutions, les structures racinaires et le travail physique de la micro faune réussiront à reconstituer une structure idéale pour le sol… mais pas avant quelques milliers d’années.

Source : https://lejournalminimal.fr/lagriculture-petrochimique-est-en-train-de-desintegrer-la-vie-qui-grouillait-sous-nos-pieds/?fbclid=IwAR1RSop-fM_UhxruDMq4KBBuuC4HGW4iVYn5glgCithbvfycRyNVlKbR_64
Admin
Messages : 295
Points : 499
Réputation : 1
Date d'inscription : 13/09/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://climat-presquile.forumactif.com

Re: Greenpeace épingle les 4413 fermes industrielles françaises

le Mer 5 Déc - 21:41
Greenpeace France s'est excusé mardi auprès d'agriculteurs "qui ont eu le sentiment d'être injustement pointés du doigt" lors de la publication par l'ONG d'une cartographie interactive des "fermes-usines" en France basée sur des données partiellement erronées.

Greenpeace affirme avoir "toujours défendu l'élevage" et condamne "fermement" tous les actes de violence à l'encontre des éleveurs (dégradation de fermes, d'abattoirs ou de boucheries). "Cependant, la tendance est à l'industrialisation et à la concentration des exploitations agricoles" qui peuvent avoir "de graves impacts sur l'environnement et sur la santé des agriculteurs", ajoute l'ONG en estimant qu'il est temps de "recentrer le débat".

Source : https://www.pleinchamp.com/actualites-generales/actualites/fermes-usines-greenpeace-s-excuse-aupres-d-agriculteurs-injustement-pointes-du-doigt/(folder)/partenaires/partenaires/partenaires/technique/partenaires/partenaires/partenaires/presse-specialisee/partenaires/presse-specialisee/partenaires/presse-specialisee/partenaires/partenaires/presse-specialisee/partenaires/presse-specialisee/partenaires/inra-et-dim-astrea?fbclid=IwAR1KPP0yxFq5iLGGuvkzi5CgoWpYu5eu6DhtK0VaNP9auhAvBEZtUbZMag0
Contenu sponsorisé

Re: Greenpeace épingle les 4413 fermes industrielles françaises

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum