Partagez
Aller en bas
Admin
Messages : 97
Date d'inscription : 13/09/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://climat-presquile.forumactif.com

PCAET : Agissons localement !

le Ven 12 Oct - 14:16
De COP en One Planet Summit, les États semblent incapables de répondre à l’urgence climatique. En revanche, expliquent les auteurs de cette tribune, les territoires, les villes, les régions… se mobilisent. Les moyens d’agir existent à l’échelle locale. Alternatiba et le Réseau action climat ont mis en place des structures pour accompagner les citoyens qui voudraient s’en emparer en 2018.

L’année 2017 n’a pas manqué de nous rappeler que les dérèglements climatiques sont déjà à l’œuvre ! Face à cette urgence, les engagements pris par les États du monde entier à la COP21 sont dramatiquement insuffisants. La décision de Donald Trump de sortir les États-Unis de l’Accord de Paris a fragilisé la dynamique politique sur les changements climatiques, et la COP23 a révélé la grande difficulté des autres États à prendre le relais pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de la barre des 2 °C et de tendre vers 1,5 °C.

Les collectivités ont la responsabilité indirecte de 50 % des émissions de gaz à effet de serre

La France a adopté en août 2015 la loi de Transition énergétique pour la croissance verte et le troisième volet de la réforme territoriale s’est également achevé à l’été 2015. Ces deux textes sont le résultat de débats parlementaires qui ont parfois tronqué l’ambition initiale, mais leur croisement fait apparaître de nombreuses possibilités d’action en faveur du climat dans les politiques publiques locales. Ainsi, ils enclenchent une généralisation progressive des plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET). D’ici au 31 décembre 2018, toutes les intercommunalités de plus de 20.000 habitant·e·s — soit plus de la moitié de nos territoires — devront avoir réalisé une planification de leurs actions en faveur du climat. Concrètement, cela signifie repenser l’aménagement de nos villes et villages afin de sortir de la dépendance à la voiture et préserver nos sols, replacer les mobilités douces au cœur de nos déplacements, développer les énergies renouvelables, isoler nos logements, proposer une alimentation bio, locale et moins carnée dans nos cantines et restauration collective… autant de mesures qui pourraient générer 220.000 emplois nets en 2020 [1] !

Cependant, ces outils présentent des possibilités, pas des obligations. Leur efficacité pour accélérer la transition dépendra fortement de l’usage qui en sera fait. C’est le cas par exemple des « zones à circulation restreinte » : ce dispositif est l’une des cartes à jouer dans la main des élu·e·s, encore faut-il disposer d’une bonne dose de volonté politique pour l’utiliser. Reste donc aux acteurs des territoires, élu·e·s, technicien·ne·s mais aussi citoyen·ne·s à se les approprier.

Ces sujets semblent complexes pour la plupart des personnes

Si l’on veut que les collectivités territoriales utilisent les nouveaux outils qu’elles ont à leur disposition, il est primordial que les habitant·e·s s’en emparent.

En effet, pour les plans climat, une consultation publique en amont de leur adoption est obligatoire. Avant cette consultation publique, il est aussi possible (et souhaitable !) que les citoyen·ne·s coconstruisent ces politiques publiques en s’impliquant dans les processus de concertation parfois proposés par les élu·e·s : c’est l’occasion de porter auprès des responsables des propositions d’alternatives à concrétiser au plus près des citoyen·ne·s.

Si les plans climat des intercommunalités changent concrètement notre quotidien, si leur construction est souvent proposée à la concertation, il n’en reste pas moins que ces sujets semblent complexes pour la plupart des personnes : technicité, acronymes, processus de concertation avec des horaires de réunions parfois inadaptés… En 2018, Alternatiba et le Réseau action climat proposent aux citoyen·ne·s de les accompagner dans cette implication : formation, outils ou encore mise en réseau entre personnes volontaires permettront à tout un chacun de s’intéresser de près aux actions de nos élu·e·s.

S’impliquer dans la transition écologique de nos territoires permet d’accélérer la création d’une société 100 % renouvelable et résiliente, mais aussi de redonner ses lettres de noblesse à la politique : celle qui construit un avenir climato-compatible et se joue au quotidien en incluant les citoyen·ne·s, et non pas celle qui peine à les mobiliser aux urnes.

https://reporterre.net/Climat-n-attendons-pas-les-Etats-agissons-localement
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum